La beauté siliconée, un mythe?

Catégories:

Nina Arsenault rêve depuis son plus jeune âge de devenir l’une de ces femmes qui tapissent les revues érotiques: plastique parfaite, pauses languissantes, de quoi provoquer le désir des hommes. Malheureusement, plusieurs problèmes se posent à elle. Premièrement, c’est un homme. Deuxièmement, il en faudra du temps pour arriver à modeler ses formes afin de devenir la ‘geisha fatale’ de ses rêves.

Difficile de décrire The Silicone Diaries, création qui se révèle être une autobiographie rythmée par trois étapes importantes : le silicone à tout pris, un corps en santé, un esprit en paix; le tout à travers sept aventures uniques. Les débuts sont durs, très durs. Parlé cru, désirs exacerbés, l’obtention du corps demande un long travail qui se fera à l’aide d’une webcam, moyennant chat online, masturbations et plus encore… De belles rencontres cybernétiques permettent enfin à Nina de se payer ses premières opérations, qui inaugureront une longue liste de transformations (61 au total!). S’en suivent alors des questionnements quant au maintien de cette beauté plastique (à l’aide d’entrainement physique sur son vélo d’intérieur), pour finalement en arriver à l'interrogation du bonheur.

Un discours sincère, parfois romancé, parfois théâtralement joué. On aime les variations au sein de la pièce, ce changement de mentalité relié à l’évolution de Nina Arsenault au fil des années. Dans l’ensemble, le jeu (si l’on peut l’appeler ainsi) est authentique. On regrette tout de même certaines longueurs liées aux élans auto suggestifs (égocentriques) de la comédienne (cf. Tommy Lee).

Derrière cette autobiographie se cache tout de même un enjeu de taille. Au-delà de la transformation du sexe, la définition de la beauté reste subjective sous tous points. Nina Arsenault considère Pamela Anderson comme le sexe-symbole des dernières décennies, au même titre que Marilyn Monroe…

Préfère-t-on les beautés irréelles ou beautés naturelles? Peut-on être heureux en recherchant cette perfection plastique? Au final, Nina Arsenault est-elle heureuse dans sa peau et dans sa vie? Une partie des réponses se trouve dans The Silicone Diaries.

Une chose est sûre, transsexualité et silicone seront deux thèmes d’actualité pendant les prochains jours. On espère maintenant avoir l'opinion d'autres transsexuelles sur le sujet (et sur la pièce).

The Silicone Diaries, jusqu’au 18 décembre au Théâtre La Chapelle.

ATTENTION : TEXTE EN ANGLAIS

Plus de renseignements sur : www.facebook.com/?ref=logo#!/profile.php?id=1428429042 (leur site web est en panne pour la journée).

Voici un extrait :

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire