La 8e édition du Mondial des cidres : une de passion

Catégories:

Le mondial des cidres se tenait la fin de semaine dernière du 13 au 15 février. Cette année, les exposants ont dû déménager dans la grande métropole qu’est Montréal afin de faire palpiter les papilles gustatives des curieux et de raviver celle des plus habitués.

Rougemont a donné le chapeau à la métropole

L’une des informations importantes à prendre en note cette année fût le changement de lieu. Tout en célébrant la St-Valentin, on pouvait également célébrer la 8e édition de cet événement qui prenait habituellement place à Rougemont en plein cœur d’un environnement destiné à la cidriculture. Les sculptures de glace ont su laisser place à un orchestre musical en plein cœur de la place centrale du complexe. Un endroit sans aucun doute stratégique afin d’attirer de nouveaux amateurs potentiels. La fontaine en plein milieu qui s’égayait au rythme des diverses couleurs l’illuminant mariée au spectacle musical auquel nous avions droit, conférait une ambiance 5 à 7 convivial.

C’est dans cet esprit que je m’y suis présentée vendredi soir dernier. Je dois dire que les bars faits de glace m’impressionnaient toujours et leur absence m’a manquée. Généralement, tout en demandant un renseignement, de la vapeur sortait de ma bouche et je me gelais les mains à prendre des notes sur les différents produits. Il va sans dire que cette édition se prêtait davantage à une ambiance chaleureuse.

Produits locaux mis à l’affiche

Les recettes gagnantes des années précédentes étaient toujours au rendez-vous, nous avons donc eu droit aux divers produits du terroir. Les produits de l’entreprise Les cochons tout ronds, provenant des Iles-de-la-Madeleine et présents depuis plusieurs années au Salon des métiers d’arts, étaient également sur les étalages près de l’entrée. J’ai aussi eu l’occasion de faire quelques dégustations de fromage et je dois vous confier que j’ai bien aimé le Douanier. Il est généralement conseillé de le prendre avec du vin blanc pas trop sec, mais puisqu’il s’agissait du Mondial des cidres, il ne fait aucun doute qu’un cidre de glace un peu sucré ferait aussi grandement l’affaire.

Le cidre, une histoire de passion

Il est primordial de comprendre que le cidre est toujours fait avec des pommes. C’est pourquoi toutes les appellations telles que du cidre de poire n’existent pas. De plus, il faut également savoir faire la différence entre un cidre de glace et un cidre. Un cidre de glace est fait par le biais de deux procédés distincts, mais auxquels un élément est récurrent, plus précisément, la pomme ou le jus de pomme doit affronter le froid tôt ou tard. Le cidre, quant à lui n’est pas fait avec des pommes gelées directement cueillies dans l’arbre et le jus extrait des pommes n’est pas non plus gelé par la suite.

Ce que je viens de vous décrire sont en fait les caractéristiques de ces deux procédés. Le premier s’intitule la cryoextractation et le deuxième la cryoconcentration. Un truc pour vous aider à vous en rappeler s’agirait de vous dire que l’on extrait la pomme de l’arbre une fois que celle-ci est gelée. Ainsi, la cryconcentration consiste à cueillir les pommes à l’automne et de faire geler le jus à l’extérieur. Pourquoi utiliser une technique plus qu’une autre? Pour la simple et bonne raison que certaines pommes ne restent pas en place dans l’arbre et tombent avant même de geler comme la Mackintosh par exemple.

Le cidre un produit international qui se laisse désirer au Québec

Le cidre est un peu comme Félix Leclerc, il doit conquérir d’autres contrées éloignées avant d’acquérir un succès bien marqué au Québec. En effet, plusieurs produits de nos cidriculteurs québécois ont déjà multiplié leurs médailles à l’étranger et ce n’est que depuis quelques temps que nous estimons sa vraie valeur en tant que produit du terroir. C’est aussi en réponse à cette demande grandissante, mais toujours un peu timide, que la SAQ détient des produits de plus en plus variés. D’ailleurs, si vous vous y arrêtez prochainement, je vous recommande fortement d’essayer le Coteau Rougemont rose framboise qui n’est ni trop sucré ni trop acide. Il se fond dans la bouche accompagné d’un fromage pas trop vieilli et de quelques canneberges.

Pour de plus amples informations sur le Mondial, je vous invite à visiter le www.mondialcidres.com

Notez que plusieurs cidriculteurs offrent des visites guidées et ce gratuitement pour toute la famille ou amis. Vous n’avez qu’à visiter leur site internet et réserver en ligne une semaine à l’avance.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire