Film documentaire National Geographic - Vivre à l’ère des avions

Catégories:
Twin Otter seaplane flying over the shallow waters of the Maldives. Screenshot from the film "Living in the Age of Airplanes," to be released by National Geographic Studios on giant screens and digital cinemas worldwide April 10, 2015.

Besoin d’un peu d’évasion et de découvrir de fabuleux paysages à moindre coût en cette période grise automnale? Si vous avez répondu oui, pourquoi ne pas aller faire un tour en salles, du côté du Centre des sciences de Montréal, qui présente actuellement un film documentaire par National Geographic - Vivre à l’ère des avions - un chef d’œuvre cinématographique du Directeur Brian J. Terwilliger.

Narration par l'acteur Harrison Ford

Ce qui rend ce film documentaire si spécial, ce n’est pas seulement les scènes grandioses et l’émerveillement que celui-ci nous procure ou qu'il soit filmé dans 95 endroits dans le monde, 18 pays dont 7 continents, mais c'est surtout du fait que c’est l’acteur Harrison Ford, également un passionné des avions, qui assure merveilleusement la narration. Comble du hasard (ou du malheur), lorsque les médias ont fait l’annonce que Ford participait à la production au mois de mars dernier, il se remettait à peine d’un écrasement d’avion qu’il pilotait, datant de l’époque de la deuxième guerre mondiale et dont le moteur a eu quelques problèmes au décollage, tel que cité dans l’article du Huffington Post Québec. L'excellente musique du film a été produite par le talentueux et malheureusement regretté, compositeur James Horner (Titanic, Braveheart, A beautiful mind). L’ironie du sort est que ce film fut le dernier projet sur lequel il a travaillé, avant qu’il ne meure dans l’écrasement de son avion S-312 Tucano MK Turbo qu’il pilotait en juin dernier à Santa Barbara, Californie.

Temps VS avions

Ce documentaire fait prendre conscience de deux choses que nous prenons grandement pour acquis : le temps…et les avions. Vivre à l’ère des avions ne se veut pas un film basé sur l’ingénierie de l’aéronautique, mais plutôt sur la relation que l’on a avec l’oiseau de fer, qui nous permet aujourd’hui de découvrir plus facilement et rapidement des pays et des terres qui n’étaient pas accessibles, voire impossible de visiter il y a à peine 60 ans. On se laisse bercer par la voix de Ford qui nous raconte l’histoire des déplacements des êtres humains sur la planète à travers 200 000 ans de révolution des transports, en passant par la marche, la création de la roue aux chemins de fer et bien sûr celle qui a chamboulée notre vie quotidienne : la transformation de l’aéronautique à nos jours, en partant du berceau de la civilisation en Afrique jusqu’au pôle sud en Antarctique, là où les chercheurs continuent de découvrir les terres glacées qui étaient pourtant inexplorées dans un passé pas si lointain. Une des parties du film qui était intéressante, que je nommerais Beauty last 14 days (la beauté dure 14 jours), est celle où l'on découvre toute la logistique complexe ainsi que la course contre la montre, derrière un simple bouquet de fleurs et la distance qu’une fleur a à parcourir du champ, où elle est fraîchement cueillie, jusqu'au moment où elle termine dans notre vase sur le centre de notre table de cuisine.

Pour ceux et celles qui aiment le voyage et l’histoire, c’est un 45 minutes de pur bonheur en format IMAX.

Le film est présentement à l’affiche au Centre des Sciences de Montréal, pour acheter consulter les horaires et acheter des billets Cliquez ici!

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire