«Dames galantes» de Jean-Charles Tacchella présenté en présence d'Anne Létourneau

Début de l'événement: 

15 février 2018 - 19:00
Catégories:
«Dames galantes» de Jean-Charles Tacchella présenté à Éléphant sur grand écran en présence d'Anne Létourneau

Éléphant : mémoire du cinéma québécois est heureux de poursuivre son association avec la Cinémathèque québécoise où, chaque mois, un film restauré par Éléphant est projeté sur grand écran. Poursuivant son cycle sur les coproductions, Éléphant y présentera, le jeudi 15 février prochain à 19 h, Dames galantes (1990) de Jean-Charles Tacchella, film dont il signe aussi le scénario avec Jacques Emmanuel et qui met en vedette Richard Bohringer, Isabella Rossellini, Eva Grimaldi et la Québécoise Anne Létourneau. Cette dernière sera présente et engagera après le film un dialogue avec le public. Avant Dames galantes, les spectateurs pourront visionner un court entretien vidéo tourné par Claude Fournier avec Jean-Charles Tacchella, il y a quelques années, à sa résidence près de Paris.

Dames galantes est une comédie d’époque et une coproduction France, Canada, Italie. C’est le film d’un grand penseur du cinéma et d’un réalisateur dont certains des longs métrages ont connu un succès international. Parmi ceux-ci, il y a Cousin cousine et Escalier C, deux œuvres dont il avait aussi écrit les scénarios. Non seulement Cousin cousine a-t-il conquis le public américain, mais il a décroché trois nominations pour les Oscars (meilleur film étranger, meilleur scénario et meilleure actrice pour Marie-Christine Barrault).

Tacchella n’avait pas encore 13 ans lorsqu’il a décidé de consacrer sa vie au cinéma. Il se lie bientôt d’amitié avec des artisans du septième art tels que Erich von Stroheim, Anna Magnani, Vittorio De Sica et crée un mensuel avec Henri Colpi intitulé Ciné-Digest. En 1948, il participe à la fondation d’un ciné-club d'avant-garde, «Objectif 49», qui est présidé par Jean Cocteau. Berceau de la Nouvelle Vague, ce ciné-club organise en 1949 à Biarritz le Festival du film maudit - le premier festival du film d'auteur. Cette année-là, le producteur Pierre Braunberger l’engage comme humoriste. Tacchella commence aussi à travailler à des scénarios de façon anonyme et s’implique à la télévision en imaginant la première émission à laquelle le public participe. C’est principalement comme scénariste et réalisateur qu’il laissera sa marque.

Vous êtes donc invité à la Cinémathèque le 15 février afin de renouer avec cet immense Tacchella ou de ne pas rater cette belle occasion de prendre connaissance d’un aussi grand homme de cinéma.

Synopsis

Évocation historique des aventures amoureuses d'un grand séducteur, Brantôme, qui décida à l'âge de quarante ans de se faire écrivain pour garder en mémoire toutes ses amours. Comme il le souhaitait, sa gloire fut posthume, cinquante ans après sa mort, avec la publication des Vies des dames galantes.

À propos d’Éléphant : mémoire du cinéma québécois

Mis sur pied en 2007, Éléphant : mémoire du cinéma québécois est un vaste chantier entièrement financé par Québecor destiné à numériser, restaurer, conserver et rendre accessible l’ensemble des longs métrages de fiction du patrimoine cinématographique québécois. Codirigé par Claude Fournier et Marie-José Raymond, Éléphant a, depuis sa création, restauré 225 films qui sont offerts 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sur le service de vidéo sur demande illico de Vidéotron au canal 900, sur illico.tv et sur l’application illico. De plus, les films sont également accessibles, à mesure qu’ils y sont versés, sur iTunes Canada, États-Unis, France, et autres pays d’Europe et d’Afrique, en version originale et sous-titrée, partout où l’une des langues officielles est le français ou l’anglais. Le site Internet Éléphant : mémoire du cinéma québécois, www.elephantcinema.quebec, constitue quant à lui la plus importante banque de données et d’information sur le cinéma québécois.

Les films restaurés par Éléphant : mémoire du cinéma québécois peuvent maintenant être visionnés sur grand écran dans le confort de deux grandes institutions culturelles, grâce au récent partenariat avec la Cinémathèque québécoise et le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).

Éléphant : mémoire du cinéma québécois est un projet philanthropique. À cet effet, Québecor n’en tire aucun avantage pécuniaire. À l’exception d’un montant minimal pour couvrir une partie des frais d’exploitation de la plateforme, la totalité des revenus de la diffusion de ces films est reversée aux détenteurs des droits et aux créateurs du cinéma québécois.

À propos de la Cinémathèque québécoise

La Cinémathèque québécoise, c’est le musée de l’image en mouvement à Montréal. Sa mission est d’acquérir, documenter et sauvegarder le patrimoine audiovisuel québécois ainsi que le cinéma d’animation international, collectionner des œuvres significatives du cinéma canadien et mondial, pour en assurer la mise en valeur à des fins culturelles et éducatives.

Ajouter un commentaire