The Bloody Beetroots : armés jusqu’aux dents

Début de l'événement: 

03 septembre 2011 - 15:05
Catégories:

La formation italienne The Bloody Beetroots était de passage hier soir au Métropolis afin de présenter pour la seconde fois cette année les principaux succès de Romborama, son premier album studio paru en 2009.

Le groupe, qui est en réalité le projet solo de Sir Bob Cornelius Rifo et de Tommy Tea, a offert une prestation du tonnerre dans la métropole en janvier alors qu’ils étaient accompagnés des artistes invités Le Matos et Cherry Cola.

Souvent comparée aux excellents DJ Justice et Vitalic, la formation électro-dance The Bloody Beetroots a foulé la scène, tout de noir vêtu, affublée comme à son habitude des fameux masques de Venom noirs.

Les Italiens sont montés sur la scène en excellente forme, en saluant d’emblée le public montréalais, constitué majoritairement de jeunes adolescents dévorés par l’énergie de la jeunesse. Le quatuor n’a pas lésiné sur l’attente et les effets de surprise, puisqu’ils ont tout de go commencé le spectacle avec une explosion de sonorités électro assourdissantes.

Les protégés du DJ Steve Aoki, armés jusqu'aux dents, ont offert une prestation solide et ont régalé leur public en feu à coup de claviers puissants, de « Kaoss Pad » et de guitares électriques tonitruantes.

Ils ont joué la majorité des succès figurant sur Romborama, notamment Have Mercy On Us (feat. Cécine), Cornelius et I Love The Bloody Beetroots. La plupart des chansons n’étaient interprétées qu’en partie seulement, ce qui a créé un enchaînement subtil et vivifiant pour nos tympans. La force des Bloody Beetroots réside sans conteste dans son sens du rythme et dans l’intensité de ses montées dramatiques.

La mise en scène n’offrait rien de spectaculaire, outre peut-être l’immense affiche au centre de la scène sur laquelle on pouvait lire en grosses lettres « Church Of Noise » ainsi que les quatre mots suivants, qui rappellent les quatre éléments : « scars, blood, skin, bones ».

Le quatuor italien a quitté rapidement la scène après seulement une heure de spectacle, avant de revenir affronter la mini foule compacte quelques minutes plus tard avec un court rappel d’à peine cinq minutes.

The Bloody Beetroots a offert à nouveau un court concert d’une rare intensité dont on se souviendra longtemps.

Appréciation générale : *** ½

Crédit photo : Le Hiboo

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire