«Aujourd'hui, le droit des femmes est en pleine régression», estime Lise Payette.

Catégories:

Le Québec célèbre aujourd'hui le 75ème anniversaire du droit de vote des femmes. Un événement révolutionnaire. Mais pour Lise Payette, première députée femme du Québec, élue en 1976, « nous sommes en pleine régression de nos acquis », a t-elle déclaré mardi après le visionnement du documentaire « 75e, elles se souviennent », à la cinémathèque québécoise.

Ce documentaire d'une heure, est produit dans le cadre du 75 ème anniversaire du droit de vote des femmes au Québec, qui se célèbre ce soir au Capitole de Québec où il sera retransmis. Les québécois pourront également le visionner ce lundi 27 avril, à 21h sur la chaîne Télé-Québec.

Deux femmes, deux générations, deux visions

« C'est très très émouvant ! Pour la première fois, des femmes de tous les âges utilisent le même langage, les mêmes mots et demandent la même chose », raconte les larmes aux yeux Lise Payette. Réalisé par Flavy Payette-Renouf, petite fille de l'ex députée, ce reportage, retrace l'évolution du droit des femmes québécoises. Sous forme d'interviews, elle relate les souvenirs de Janette Bertrand, journaliste, Lise Payette, première députée québécoise, Thérèse Tanguay Dion, présentatrice télé, Denise Bombardier, journaliste, Louise Beaudoint, députée québécoise, Pauline Marois, première femme, première ministre au Québec...

Pour illustrer ces souvenirs, la réalisatrice utilise des images d'archives. On peut y voir ces fortes personnalités. Elle fait une synthèse de l'évolution du statut des femmes au Québec voire de la « révolution tranquille et silencieuse », comme dirait Lise Payette, première femme à s'appeler « la » ministre au lieu de «le» ministre. Mais l'ancienne députée québécoise tire la sonnette d'alarme. Pour cette femme, âgée de 83 aujourd'hui, les femmes au Québec sont en perte de leurs droits. « Cet événement doit faire prendre conscience aux femmes qu'on est en recul. Il faut remonter aux barricades », estime -t-elle. La faute à qui ? « Aux gouvernements en place que ce soit du côté fédéral que du Québec. Les partis politiques présents ne véhiculent pas les bonnes idées et ne favorisent pas l'évolution continue du droit droits des femmes ». Une solution ? Lise Payette, propose la « création d'un sommet international des femmes. « L'idée serait de regrouper une centaine de femmes tous les ans pour établir des droits, des devoirs mais surtout rappeler que nous sommes là, attentifs au monde et à ce qui nous entoure. Pour qu'on puisse conserver nos libertés », propose très sérieusement Lise Payette.
Pour sa petite fille, l'heure n'est pas si grave. Plutôt optimiste, elle n'irait pas jusqu'à créer une congrégation des femmes. Mais « d'aller chercher les femmes chez elles, en les éveillants devant leur écran de télévision et de les toucher pour qu'elles se sentent concerner par les lois et la politique. Que leur voie compte. Il faut toucher les femmes qui travaillent dans un milieu masculin. Les pompières, les femmes qui travaillent dans le bâtiment et leur donner la parole. Je pense qu'elles auront beaucoup de choses à nous apprendre », estime la jeune réalisatrice de 26 ans. Féministe oui mais pas anti-hommes. Flavy pense également que le rôle des hommes dans le mouvement féministe « est très important. On a besoin de leur soutien, leur regard pour avancer mais surtout si on touche les hommes et les femmes, on touche l'éducation, qui est la base de l'évolution de toutes choses».

Mélanie Pinto

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Commentaires

Lise Payette

Quoique très importante, Mme Payette n'est pas la première femme députée au Québec.

Le droit des femmes en régression

À mon avis, les droits des femmes ne sont pas en régression, même s'il faut résister pour ne pas perdre nos acquis (droit à l'avortement, par ex.). Comme Flavie, je pense que l'égalité homme-femme est aussi l'affaire des hommes. Actuellement, le sort des femmes d'ailleurs me préoccupe beaucoup et je me demande ce que nous pourrions faire pour elles et avec elles.

Ajouter un commentaire