Antoine Gratton au Club Soda : «Checkez ben son suit!»

Début de l'événement: 

14 mai 2009 - 00:00
Catégories:

Texte : Victor Diaz Lamich. Photo : Alexandre Bédard

Dans un Club Soda bien rempli, Antoine Gratton savait exactement où il mènerait son public et ce de main de maître. Daniel Boucher ouvrant pour son compère Gratton inverse les rôles est viens prêter main forte en réchauffant une salle vendue d'avance.

Avant de quitter, Boucher s'exclame... « checkez ben son suit...je ne vous dis rien que ça! »

Cependant, depuis des lustres je constate que Mister superman Gratton se donne en spectacle avec une intense et très candide énergie. On le sent honnête, on le voit rigoler avec ses musiciens autant qu'avec son public. On se réjouit de l'écouter rétorquer avec aisance et répartie un commentaire venu de la salle.

Toujours avec cette même fougue, il nous transporte dans des ambiances intimes et nous fait sursauter avec un rock pur signé Gratton.

Mais hier soir, jeudi 14 mai, au Club Soda, ce fut autre chose. Un spectacle avec une mise en scène simplement impeccable. Quel plaisir de voir, entendre et apprécier un Gratton tout à fait sûr de lui.

Au style du très regretté Gaston Mandeville, il fait des ses « entre-tounes » une vraie partie de plaisir.

Gratton plaisante, joue, mime, se moque de tous et de lui même donnant vie à sa main droite en la dotant d'une âme diabolique qui attaque le piano interprétant Against All Odds de Phil Collins...a pleurer de rire...

Il enchaîne toujours dans cette entre-chanson loufoque et hilarante avec son batteur sortant de nulle part une phrase de la chanson « Moi j'm'en fous... ma blonde m'aime... » lorsque contre toute attente, le seul, le vrai, l'unique Pierre Bertrand (auteur de cette chanson) fait son apparition sur scène et complète la chanson en duo avec Gratton. Magique, hilarant, parfait.

Sans que l'énergie ne baisse d'un cran, mandoline à la main Gratton fait un tour dans la salle, « call » trois shooters qu'il emmènera lui même sur scène pour trinquer avec ses musiciens....poursuivre en duo avec Boucher qui reviens combler les spectateurs.

Lorsque les ovations sont presque finies, et que tous, grand sourires au lèvres commentent déjà un spectacle mémorable, Gratton n'a pas dit son dernier mot puisque arrangé avec le gars des vues, on dévoile un piano situé à l'arrière du parterre..!!

Il nous interprétera encore trois chansons, retournera sur scène pour la grande finale.

C'est pas l'habit qui fait le moine mais comme vous l'aviez indiqué M. Boucher, « on a ben checké son suit » et surtout on a apprécié un excellent spectacle.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire