5 pièces à venir cet hiver à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM

Début de l'événement: 

15 février 2018 - 20:00
Catégories:

Cinq productions sont au programme cet hiver à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM :

Colombia colora
Mémoire-création de Manon Guiraud dans le cadre de la maîtrise en théâtre
Studio-d’essai Claude-Gauvreau
Dates : 15 au 17 février 2018, à 20 h
Prix : 5 $

Aux rythmes de la cumbia, de la salsa et du vallenato, Colombia Colora’ propose au spectateur l’expérience d’un carnaval de trois jours foisonnant de couleurs. À mi-chemin entre le spectacle de danse et la performance, cette création est un hommage à la festivité et la culture colombienne.

Aboutissement d’une longue recherche sur les costumes de danse traditionnels colombiens, Colombia Colora’ cherche à transcender le rôle décoratif et précieux du costume pour lui donner vie à travers les corps, les couleurs et l’utilisation de différents médiums. Par ce travail interdisciplinaire, Manon Guiraud souhaite faire du costume un acteur de cette festivité colombienne.

Les amis
de Kōbō Abe
Mise en scène de Louis-Karl Tremblay
Production dirigée des finissants en jeu, en scénographie et en études théâtrales de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM
Studio-théâtre Alfred-Laliberté
Dates : 21 au 23 février 2018, à 20 h
23* et 24 février 2018, à 14 h
*la représentation du 23 février à 14 h sera suivie d’une rencontre avec le public
Prix : 10 $ | Étudiant 5 $

Après une journée de travail, l’Homme converse au téléphone avec sa fiancée dans son appartement. C’est alors que neuf individus, une famille selon toute apparence, cognent à sa porte et entrent s’installer chez lui. S’en suivent des leçons sur la vie de communauté, des tentatives infructueuses d’instaurer une démocratie et quelques tours de magie. Jusqu’où cette famille se rendra-t-elle dans sa prise de contrôle de la vie de l’Homme?

Oscillant entre la dystopie et l’absurde, le texte de Kōbō Abe expose les maux d’une époque où les régimes totalitaires ont perpétré des idéologies destructrices au détriment de l’individu. En situant l’action dans un futur rapproché, Louis-Karl Tremblay actualise la menace oppressant le personnage de l’Homme pour mettre en lumière la nouvelle main invisible qu’est le consumérisme et l’emprise grandissante qu’il exerce sur nos vies.

Louis-Karl Tremblay
Formé en interprétation à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM, Louis-Karl Tremblay travaille comme comédien et comme metteur en scène. Avec la compagnie Théâtre Point d’Orgue, qu’il cofonde à sa sortie de l’École, il monte notamment Les Troyennes, Yvonne, princesse de Bourgogne et Les Atrides. Il signe également des mises en scène à l’extérieur de sa compagnie, dont celles de textes d’Edward Bond, de Pier-Luc Lasalle et de Mickaël Lamoureux, en plus de mettre en scène les soirées-bénéfices du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui depuis 2013. À l’École supérieure de théâtre de l’UQAM, il dirige l’exercice public Roméo+Juliette en 2014 et la production dirigée Britannicus en 2015. Récemment, il contribue à la création de la performance Genèse au OFFTA en 2017.

Electronic City
de Falk Richter
Mise en scène d'Éric Jean
Production dirigée des finissants en jeu, en scénographie et en études théâtrales de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM
Studio-d’essai Claude-Gauvreau
Dates : 7 au 9 mars 2018, à 20 h
9* et 10 mars 2018, à 14 h
*la représentation du 9 mars à 14 h sera suivie d’une rencontre avec le public
Prix : 10 $ | Étudiant 5 $

Provoqués par le système politique en place, les protagonistes Tom et Joy perdent tout point de repère spatio-temporel. C’est dans un univers numérique et ultra-médiatisé, où l’efficacité, la vitesse, la flexibilité et la productivité sont de mises, qu’ils tentent de se reconstruire une identité.

Par une écriture fragmentée et implantée dans l’hyper actuel, l’auteur contemporain allemand Falk Richter fait un état des lieux des problématiques socio-économiques de l’Occident. Comment conjuguer et conjurer les effets du néolibéralisme envahisseur sur l’individu et son intimité, alors que la vitesse d’informations à assimiler augmente constamment? Qu’est-ce que l’authenticité dans une société où tous se recouvrent le corps de multiples filtres? Le langage s’essouffle à travers un texte au rythme soutenu, où chacun se dispute la vérité pour pouvoir mieux la recadrer.

Éric Jean
Diplômé en interprétation à l’École supérieure de théâtre de l’UQAM, Éric Jean s’est depuis tourné vers la mise en scène, comme en témoignent Hippocampe (2002), Chambre(s) (2009), Le Joker (2016) et la trentaine de productions signées au fil des ans. Directeur artistique du Théâtre de Quat’Sous de 2004 à 2016, il développe plusieurs collaborations avec différents auteurs, dont Pascal Chevarie, Larry Tremblay et Pascal Brullemans. Il se tourne vers le cinéma en 2016 en réalisant Testament, un premier court-métrage adapté du roman de Vickie Gendreau, qu’il a également porté à la scène en 2014.

atlas
Mémoire-création de Morena Prats
Studio-théâtre Alfred-Laliberté
Du 8 au 10 mars 2018

La vie de Galilée
Mémoire-création de Vincent Pascal
Studio-théâtre Alfred-Laliberté
Du 19 au 21 mars 2018

Renseignements et réservation
Billetterie de l’UQAM
Local J-M400 (niveau métro)
Pavillon Judith-Jasmin
405, rue Sainte-Catherine Est
514 987-3456
theatre.uqam.ca

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire