30 Seconds to Mars hypnotise la foule du Métropolis

Début de l'événement: 

04 mai 2011 - 11:20
Catégories:

La formation rock alternative 30 Seconds to Mars était de passage hier soir dans la métropole afin d’offrir un premier spectacle en sol canadien, dans le cadre de leur nouvelle tournée, Closer to the Edge. Le groupe, formé en 1998 par le célèbre Jared Leto, son frère Shannon Leto et le guitariste Tomo Miličević, ne s’arrêtera que dans deux autres villes au Canada, soit Toronto et Québec, avant de revenir le vendredi 6 mai au Métropolis pour une supplémentaire, et de s’envoler par la suite pour une longue tournée américaine et européenne qu’ils termineront le 27 août à Leeds, en Angleterre.

C’est à 21h15 tapant que le trio américain est monté sur la scène du Métropolis (alors que l’heure prévue était 20h45), sous une averse de cris et d’acclamations qui ont duré de très longues secondes. Inutile de dire que Jared Leto et sa bande étaient fort attendus hier soir, puisque Evenko avait annoncé, depuis quelques mois déjà, que les concerts du 3 et 6 mai seraient présentés à guichets fermés.

30 Seconds to Mars a ouvert le bal avec Escape, une magnifique introduction tout en douceur, que l’on retrouve d’ailleurs sur son troisième album, This is War. Les musiciens ont ensuite enchaîné avec A Beautiful Lie et Attack, deux titres qui ont marqué l’année 2005, date de sortie de leur album clé, A Beautiful Lie. L’énergie était déjà au rendez-vous et le concert ne faisait que commencer.

Jared Leto est reconnu comme étant un bon meneur de foules et il n’a pas fait exception à la règle hier soir. Il s’est même permis de faire un reproche aux personnes qu’ils jugeaient plus ou moins aptes à occuper le devant de la scène, puisqu’elles ne partageaient pas l’excitation et l’agitation de certains. Il leur a même demandé, à plusieurs reprises, de rejoindre les personnes à l’arrière, histoire de laisser libre cours à ceux qui aiment bouger, sauter et crier. Jared Leto sait ce qu’il veut et il n’a pas la langue dans sa poche. Il a même tenté de communiquer avec le public en français, mais il s’est rapidement rendu compte que la structure de ses phrases était catastrophique : « My french is so ouf », a-t-il dit, avant d’éclater de rire. « Very dégeulasse », a-t-il ensuite ajouté. Puis, c’est en bon joueur qu’il a continué la discussion en anglais, langue qu’il maîtrise beaucoup mieux.

Le groupe a joué bon nombre de succès, dont Night of the Hunter, Kings and Queens, This is War, 100 Suns, et plus tard dans la soirée, Jared Leto a échangé sa guitare électrique pour une acoustique, afin d’interpréter en solo les exquises The Kill, L490 et Hurricane.

Il y a eu cependant plusieurs bémols au cours du spectacle. D’abord, Jared Leto n’accorde aucun crédit à ses musiciens, qui n’ont pas dit un seul mot de la soirée. Ce dernier interagit beaucoup trop avec son public, ce qui alourdit énormément l’atmosphère et atténue, de fait, l’excitation de la soirée.

La mise en scène était par contre d’une grande réussite. Un escalier menait vers une énorme pyramide, juchée au centre de la scène, à côté de laquelle on retrouvait quatre drapeaux blancs. Dans le bas, à hauteur d’homme, on pouvait admirer des projections vidéos portant sur la guerre, la violence et les forces de la nature, ce qui agrémentait l’aspect visuel du spectacle.

Somme toute, Jared Leto est un musicien qui aime gâter son public, mais qui accorde beaucoup trop de crédit à l’interaction. Il aurait gagné à conserver une certaine distance et à jouer quelques morceaux de plus, notamment From Yesterday, qu’il a totalement omis de jouer, à la grande déception de ses fans. C’était donc un spectacle de grande envergure, qui en valait certes le déplacement, mais qui ne marquera point l’histoire.

Note : ***

____________________________________

30 Seconds to Mars
En supplémentaire le vendredi 6 mai à 19h30
Au Métropolis (59, Ste-Catherine Est)
Site officiel : www.thirtysecondstomars.com

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire