29e édition du Festival des Nuits d’Afrique - Admiral T met le feu au Quartier des spectacles

Début de l'événement: 

17 juillet 2015 - 18:40
Admiral T
Admiral T
La Chiva Gantiva
La Chiva Gantiva
La Chiva Gantiva
La Chiva Gantiva
La Chiva Gantiva
Admiral T
Admiral T
Admiral T
Admiral T
Admiral T
Awa Sangho
Awa Sangho
Awa Sangho

S’il avait provoqué une onde de choc lors de son passage au National lors de la 28e édition l’an passé, le Guadeloupéen a carrément électrisé ses fans entassés sur le parterre du Quartier des spectacles, hier soir.

Devant jeunes et moins jeunes, pour la plupart en délire, Admiral T a enchaîné les perles musicales électroniques de son dernier album (I am Christy Campbell) inspirées à la fois du Reggae, du R&B, du rap et du zouk. Surnommé le « Roi du dancehall », l’artiste, qui roule sa bosse depuis une vingtaine d’année, est une véritable superstar. Il fallait voir la réaction de certains fans en transe qui s’étaient frayé un chemin près de la scène, hier soir, pour avoir une idée de la portée de l’artiste.

Énergique comme il se doit, généreux et tout en voix (il chante plus vite que son ombre !) le chanteur se démarque assurément par ses titres aux mélodies accrocheuses qui ordonnent au corps d’embarquer dans la danse. À découvrir.

Plus tôt en soirée, ce fut au groupe colombien-belge La Chiva Gantiva de brûler les planches avec son folklore funky. Assourdissant et irrésistible.

Avant eux, la diva malienne Awa Sangho est venue offrir quelques magnifiques pièces tirées de son album « Ala Tan ». Ses chansons, chantées en anglais et en bambara, qui racontent son Afrique de l’ouest natal et sa famille, sont livrées de sa voix puissante, bercée entre autres par la Kora. La chanteuse engagée, qui se dit publiquement contre l’excision, a d’ailleurs offert une très belle pièce sur le sujet, dans un silence général éloquent.

Plus tôt cette semaine, au Club Balattou, le duo peu banal formé de Sousou et Maher Cissoko (elle suédoise, lui sénégalais, en couple au quotidien) a épaté les amateurs du traditionnel mandingue venus en grand nombre pour l’occasion. Eux aussi engagés pour la cause des migrants, (Stocked in the car) le couple chante en français, en suédois, en anglais et en bambara. Sousou, qui est l’une des seules femmes au monde à jouer de la Kora, possède une voix suave qui se marie parfaitement avec le blues. À découvrir également.

Ce soir, 17 juillet, à la Sala Rossa, c’est l’artiste mozambiquo-montréalais Samito qui se chargera du spectacle. Chantant en portugais, anglais, français et en chitswa, le chanteur afroélectro a entre autres collaboré avec Radio Radio. Fort prometteur. 22h00, à la Sala Rossa. Billets : 15 $
Toujours ce soir, au parterre du Quartier des spectacles, il sera possible de découvrir si ce n’est pas déjà fait le duo de blues malien-québécois Romain Malagnoux et Moustafa Kouyaté. Gratuit

Demain, 18 juillet, au parterre du Quartier des spectacles, il ne faut pas manquer le groupe guinéen-québécois Bendaki et leurs percussions typiques de l’Afrique de l’ouest (18h40) suivi du Sénégalais Bouba Kirikou (20h05) et de la musique entraînante du groupe cubain Los Van Van (21h30).
Gratuit

Pour toute la programmation : www.festivalnuitsdafrique.com

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire