24h dans la vie d’un entrepreneur

Catégories:

Se lancer dans l’entrepreneuriat implique aussi de devenir maître de son quotidien. Rigueur, discipline, échange, veille… ces mots guident la vie de Lucas, 25 ans et fondateur de Nightspree. En 2013, cet ancien de HEC Montréal a imaginé une application mobile qui propose à son utilisateur d’organiser sa soirée citadine, de A à Z. Trois ans plus tard, il lance son application et nous ouvre son quotidien :

06h15 : Le réveil sonne, je déjeune avec ma blonde puis il me reste presque trois heures pour préparer ma journée. Je lis la presse, j’observe les tendances… c’est un travail de veille primordial pour définir mes stratégies. Il n’y a pas de bruit, c’est le moment de la journée idéal pour réfléchir au futur de mon application.

09h : J’appelle Tanguy, mon ami et bras droit dans cette aventure. Nous faisons un point et définissons l’ordre du jour.

10h : C’est souvent l’heure de mon premier rendez-vous avec les différents acteurs qui travaillent autour de Nightspree. Je dois être opérationnel et à l’écoute. Beaucoup de personnes de mon entourage s’impliquent dans mon projet : des juristes, investisseurs, amis proches, professionnels de la communication… des gens que je considère comme mes mentors et dont les conseils sont précieux.

11h : Je me mets dans la peau de mon propre comptable. Lorsque j’ai décidé de me jeter à l’eau, il a fallu apprendre beaucoup de choses qui m’étaient jusqu’alors presque inconnues : le graphisme, le code et… la comptabilité.

13h : En équipe, nous travaillons sur la communication et l’image de Nightspree. L’application est destinée aux 18-35 ans, il y a un ton à donner et des acteurs clé à aller chercher.

16h : On s’attaque aux aspects techniques. Il y a toujours quelque chose à régler ou à améliorer. On répond au mieux aux besoins de nos client, mais l’objectif est surtout de les anticiper.

17h : Je travaille mes pitchs : je cherche à les étoffer, à leur donner un angle juste. Nightspree a besoin de vivre : je dois trouver les bonnes personnes pour soulever des fonds, définir quels acteurs et structures seraient intéressés par l’offre.

18h : La fin d’une journée bien remplie, minutieuse et souvent pleine de rebondissements. Le travail ne s’arrête jamais totalement, Nightspree est constamment dans mes pensées. Je travaille avec une équipe, des gens qui croient au projet mais nous n’avons pas encore les moyens de nous payer. Mon objectif : grossir, créer une structure qui génère des revenus pour les redistribuer.

Comme Lucas, de nombreux entrepreneurs ont des conseils pour vous. Visitez le site conseil de la Banque Nationale pour découvrir leur histoire.

Découvrez l’application Nightspree sur www.nightspree.com

Présenté par

Pixel transparent

 

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire