15 longs métrages à Fantasia pour les fantastiques weekends du cinéma québécois

Début de l'événement: 

13 juillet 2017 - 20:00
Catégories:

Célébrant leur dixième anniversaire cette année, les Fantastiques week-ends du cinéma québécois sont fiers d’annoncer leur plus imposante programmation à date. Comme son nouveau nom l’indique, Les Fantastiques week-ends s’étendent maintenant sur la durée du festival Fantasia et auront donc lieu les 14, 15 et 16 juillet, 21, 22 et 23 juillet et 28, 29 et 30 juillet.
Ce réaménagement de calendrier permettra non seulement de rejoindre un plus grand nombre de spectateurs mais aussi d’offrir la chance aux invités internationaux de Fantasia et du Marché international de coproduction Frontières de voir les films québécois présentés.

UN NOMBRE RECORD DE LONGS-MÉTRAGES
Encore une fois cette année, le festival est heureux de mettre de l’avant le talent de cinéastes d’ici en présentant plus de 15 longs-métrages québécois, un record à Fantasia.
Parmi les films sélectionnés, on retrouve la première mondiale de RADIUS, nouveau film de Caroline Labrèche et Steve Léonard, réalisateurs de SANS DESSEIN (2009), dans lequel un homme se rend compte que tout organisme vivant l’approchant à un rayon de 50 pieds meurt sur-le-champ.

Également présentés en première mondiale, ORIGAMI de Patrick Demers, qui met en scène un artiste visuel (François Arnaud) croyant avoir la capacité de plier le temps qui tente de changer le cours des choses suite a un terrible drame familial ; et PUNK FU ZOMBIE hommage au cinéma nanar dans lequel ninjas, punks et hommes-rats tentent de survivre dans un futur post-apocalyptique envahi par des zombies.

La première canadienne de GAME OF DEATH, de Sébastien Landry et Laurence Baz Morais, présenté en première mondiale lors du dernier SXSW, promet une bonne dose de folie. Un groupe de jeunes se voit propulsé dans un sanglant jeu de la mort.

Seront également présentés dans le cadre des Fantastiques week-ends, la première canadienne de ABU (Arshad Khan), documentaire touchant sur la relation entre le réalisateur homosexuel et son père, un musulman pieux ; GEEK GIRLS (Gina Hara) en première nord-américaine, documentaire donnant une tribune à plusieurs femmes qui se sont taillées une place dans la culture geek ; la première québécoise du film de science-fiction LET THERE BE LIGHT (Mila Aung-Thwin et Van Royko) ; TOKYO IDOLS (Kyoko Miyake), documentaire suivant une star de la pop japonaise présenté en première québécoise ; et la websérie (T)ERREUR 404 (Sébastien Diaz) présentée pour la première fois sous forme de long-métrage ;

LE COURT MÉTRAGE À L’HONNEUR
À travers sept programmes de courts-métrages, plus de 100 films soigneusement sélectionnés seront projetés lors des Fantastiques weekend du cinéma québécois, offrant une vitrine à de nombreux cinéastes de la relève.

Ainsi, le court métrage NO WAVE, nouveau thriller haletant de Stéphane Lapointe sera présenté en ouverture de Fantasia le 13 juillet prochain au Théâtre Hall de l’Université Concordia devant le film THE VILLAINESS de Jung Byung-Gil.

De plus, tout au long des 3 fins de semaines, le public pourra voir, entre autres, les performances de Mario Saint-Amand (LE LOUP), Debbie Lynch-White (WINDEX) et Kevin Parent (ENTRE LA MER ET L’ÉCORCE) ainsi que celle des jeunes acteurs Jade Charbonneau (RATSIN), Sasha Migliarese (HONTEUSE) et Rosalie Fortier (COMME DES DINOSAURES).

Autre nouveauté de cette édition : les Fantastiques weekends du cinéma québécois remettront cette année des prix dont la valeur totalise plus de 50 000 $ grâce au soutien de nos généreux commanditaires engagés à soutenir le talent de la relève.
Le jury des courts métrages québécois se compose cette année de : Pierre-Marc Drouin (scénariste : PREMIER SOINS, UNE FORMALITÉ), Jason Béliveau (critique : LE QUATRE TROIS) et Isabelle Giroux (comédienne : LES JAUNES, COMING OUT).

GENRES DU PAYS
Les Fantastiques week-ends du cinéma québécois seront également les hôtes de la section Genres du pays. Offrant un retour sur notre histoire cinématographique, cette section propose des projections de copies rares ou restaurées de films de genre québécois souvent négligés, oubliés ou carrément snobés lors de leur sortie. Au programme cette année : L’ANGE ET LA FEMME (1977), film poétique et sensuel de Gilles Carles projeté en présence de l’actrice Carole Laure et du compositeur Lewis Furey ; THE BLUE MAN, un étrange film tourné à Montréal en 1985 par George Mihalka autour du thème des voyages astraux ; une copie restaurée par Éléphant - mémoire du cinéma québécois de RAFALES, le suspense réalisé en 1990 par le regretté André Melançon ; et SIMON LES NUAGES (1990), qui sera présenté en copie 35 mm en présence de Roger Cantin.

De plus, le festival, en collaboration avec Éléphant - mémoire du cinéma québécois, présentera une version restaurée de la comédie KARMINA de Gabriel Pelletier le 24 juillet prochain. Les organisateurs du festival en profiteront pour remettre le prix Denis-Héroux à la productrice Nicole Robert. De La Guerre des tuques à Nelly, le superbe parcours de cette productrice a régulièrement donné dans le cinéma de genre. Nicole Robert est la seconde lauréate de ce prix. En 2016, il avait été accordé à Jean-Claude Lord. Le prix Denis-Héroux souligne une contribution exceptionnelle d’un artiste ou d’un artisan au développement du cinéma de genre et du cinéma indépendant québécois.

Le festival international de films Fantasia sera de retour du 13 juillet au 2 août à l’université Concordia, au Musée McCord, à la Cinémathèque québécoise et au cœur Quartier des spectacles.

Partager

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Ajouter un commentaire